Audition à l’Assemblée Nationale

Dans le cadre de la Commission d’Enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie créée suite aux récentes vidéos de L214, je suis intervenu avec Anne de Loisy pour poser les constats et présenter les solutions applicables et concrètes pour réformer le système, empêcher les actes de cruauté envers les animaux, et changer nos consommations.

Retrouvez ici l’audition complète sur le site de l’Assemblée Nationale

Audition:

Pierre Hinard, lanceur d’alerte, auteur de « Omerta sur la viande » et créateur de la filière Le Boeuf d’Herbe

Anne De Loisy, journaliste d’investigation, auteure de « Bon Appétit, quand l’industrie de la viande nous mène en barquette »

Nouvelle video choc dans un abattoir: comment faire autrement ?

Après la succession de scandales dans les abattoirs révélés par l’association L214, je réagissais via l’AFP aux déclarations du ministre de l’Agriculture d’établir un représentant de la protection animale dans chaque entreprise.

Cette proposition est un aveu de faiblesse et le constat de la non-gestion de l’Etat de son obligation de veiller au bien-être animal. Les manquements constatés signifient que les inspecteurs ferment les yeux face aux agissements des employés. D’autant que les abattoirs, souvent implantés en zones rurales, jouent le chantage à l’emploi dont ils sont souvent les principaux pourvoyeurs.

Les articles complets sont a lire sur lepoint.fr et nouvelobs.com

En tant que lanceur d’alerte, j’ai dénoncé les mauvais traitements des animaux et le mépris de la santé du consommateur, bien avant la médiatisation des scandales des abattoirs mis en lumière par l’association L214. Mon livre Omerta sur la viande est encore brûlant d’actualité.

Les politiques ne veulent pas réformer. Les industriels de l’agro-alimentaire ne veulent rien changer. La justice est anesthésiée, inefficace. L’Etat ne protège pas les consommateurs, ses citoyens, et ne fait pas appliquer ses lois de protection des animaux.

La bonne nouvelle c’est que nous, nous pouvons changer !

Nous pouvons changer et transformer la société en changeant ce que nous achetons. Les alternatives existent sur les marchés, à la ferme, sur Internet… pour rapprocher les producteurs exemplaires et les consommateurs demandeurs de changements.

Les éleveurs en vente directe, que j’ai regroupé autour du Boeuf d’Herbe prouvent qu’il est possible de faire autrement, et de produire des aliments bons et sains, loins des usines a viande et de leurs dérives.

Soyons acteurs du changement !

Logo Le Boeuf d'herbe Lire la suite

Cruauté dans les abattoirs: où sont les contrôles?

AlesL’abattoir d’Alès a été fermé le 14 octobre, après la diffusion d’une vidéo filmée en caméra cachée par l’association L214. Les images montrent des manquements évident aux règles d’hygiène et au respect du bien être animal. Ce scandale sanitaire est le dernier d’une longue série. La médiatisation de l’affaire de la vache folle et du cheval Spanghero n’a visiblement rien changé.

A Alès, comme dans tout autre abattoir français, des inspecteurs vétérinaires doivent normalement être présents avant la saignée de l’animal pour vérifier qu’il est en bonne santé, pendant sa mise à mort mais aussi après pour contrôler les viscères. Il est donc difficile de croire que les services vétérinaires n’aient rien vu des pratiques de l’abattoir d’Alès.

“Les services de l’État sont acteurs de la souffrance animale alors qu’ils sont payés pour l’empêcher”

Lire la suite sur lesinrocks.com
logo-lesinrocks-167x57

 

 


Scandale de l’abattoir d’Alès : « Avec la cadence, on s’habitue à la maltraitance animale »

Francetv info : Etes-vous surpris par la vidéo de l’abattoir d’Alès ?

Pierre Hinard : Absolument pas. Dans les abattoirs, la souffrance animale est un non-sujet. Quand j’étais directeur qualité, cela a été mon premier combat. Car j’avais passé ma vie à développer la qualité de filières biologiques et durables. Dans ces filières, on se soucie d’abord du bien-être animal. Cette notion n’est pas prise au sérieux dans les filières traditionnelles…

Lire la suite sur francetvinfo.fr
logo-157x22

On n’est plus des pigeons, France 4 « Viande, que mangeons nous vraiment? »

Ce soir sur France 4, l’équipe d’On n’est plus des pigeons s’est penchée sur la viande que nous mangeons. On y trouve tout, du pire au meilleur et ce reportage explique de façon claire et divertissante comment choisir une bonne viande.

Pour être sûr d’une qualité maximale en direct des producteurs que vous connaissez, visitez ma boutique leboeufdherbe.fr

3 fois plus d’Oméga 3 dans la viande de Boeuf d’herbe

Analyses boeuf d'herbe

Nous avons fait analyser la viande de ma filière qualité Le Bœuf d’Herbe pour mesurer l’effet de l’élevage basé sur l’herbe.

Notre viande de Bœuf d’Herbe a la particularité d’être 3 fois plus riche en Oméga 3 que les autres issues d’animaux qui ne sont pas engraissés à l’herbe.

  •  La teneur en acides gras essentiels Oméga 3 est 3 fois plus élevée pour les animaux engraissés à l’herbe.

L’alimentation de l’élevage intensif (ensilage de maïs et céréales) diminue la teneur en Oméga 3 des viandes et augmente la teneur en Oméga 6, acide gras responsable des processus d’inflammation et de la multiplication des cellules adipeuses.

  •  Le rapport Oméga 6 / Oméga 3 idéal est situé entre 1 et 5 et le plus proche possible de 1.

Le résultat de ce rapport nutritionnel pour l’élevage intensif est de 11 : résultat trop élevé.
Pour le Bœuf d’Herbe, le résultat de 1,6 correspond à la norme recommandée.

www.leboeufdherbe.fr

Logo Le Boeuf d'herbe

Document : Analyses réalisées pour le Boeuf d’Herbe par le laboratoire In Vivo Labs – Saint Nolff – 56011 Vannes
Sur un échantillon de steak haché de bœuf d’herbe Lot 0535 du 14/01/2015

Bactéries résistantes dans le steak haché ? Il y en a 3 fois plus dans l’élevage intensif

La révélation toute récente par le magazine américain « Consumer Report », de l’omniprésence des bactéries E. Coli et entérocoques, marqueurs de contamination fécale dans les hamburgers, a capté toute l’attention en France et a fait sensation, oubliant de fait l’enseignement majeur de cette étude : elle montre en effet que le mode d’élevage et d’alimentation des vaches conditionne la qualité sanitaire de nos steaks hachés. Lire la suite

vente directe : « je sais qu’on va pouvoir en vivre »

pierre-hinard

Cet été les éleveurs ont manifesté un peu partout en France et ils poursuivent à la rentrée à Paris et à Lyon où la Direction régionale de l’agriculture a été occupée ce mercredi.

Producteurs de lait ou de viande disent ne plus pouvoir continuer à vendre à des prix trop bas, rapportés à leurs coûts de production. La vente directe, de l’éleveur au consommateur, plus connue pour les fruits ou légumes, peut-elle être une solution pour la viande ?

L’éleveur et lanceur d’alerte Pierre Hinard, que nous avions invité lors de notre journée consacrée à la viande, nous explique comment s’organise sa propre production, entièrement commercialisée en vente directe et sur internet avec envoi à domicile. Un système de commercialisation intimement lié à son mode d’élevage.

Lire la suite sur rue89lyon.fr

 

C Dans l’Air – Crise de La Viande : de l’élevage à l’assiette


J’étais l’invité de C Dans l’Air sur France 5 pour une émission sur le thème  » Crise de la viande, de l’élevage à l’assiette »

L’exécutif a beau avoir annoncé un plan d’urgence la semaine dernière et n’avoir cessé d’assurer le monde agricole de son soutien, les éleveurs maintiennent la pression. Les opérations coups de poing se multiplient, notamment devant les supermarchés et les abattoirs accusés de faire monter les prix au détriment des agriculteurs. Et le consommateur de prendre conscience du rôle qu’il a à jouer : choisir entre un produit moins cher et un produit qui rémunère mieux les éleveurs…
Mais est-ce vraiment le cas ? Les circuits alimentaires courts sont-ils garants de la qualité de la viande ? Pourquoi ces dernières années notre consommation de viande n’a de cesse de baisser : par manque d’argent, ou par manque d’appétit ?